You are here: Home News La France remporte la Brewin Dolphin Commodores' Cup
Commodores' Cup Minisite | Return to the RORC Homepage

Title Sponsor

Title Sponsor Brewin Dolphin

RORC on Facebook

The RORC on FacebookMore than 13,000 people like the
RORC Facebook Page.

La France remporte la Brewin Dolphin Commodores' Cup

PDFPrint

2016-bdcc-winner-boat-flag-pwDix ans après la dernière victoire d'une équipe tricolore, alors menée par Gery Trenteseaux, France Blue, composée de l'A13 Teasing Machine d'Éric de Turkheim, du Ker39 GOA de Samuel Prietz et du Sun Fast 3200 Cifraline 4 de Daniel Andrieu, a remporté la Brewin Dolphin Commodores' Cup.

Comme l'était autrefois l'Admirals' Cup, la Brewin Dolphin Commodores' Cup est aujourd'hui l'épreuve phare du Royal Ocean Racing Club en équipage (de trois bateaux). Cette compétiton, initiée en 1992 et dédiée aux régatiers amateurs, est organisée tous les deux ans.

Cet était d'esprit amateur perdure aujourd'hui même s'il est désormais autorisé d'embarquer jusqu'à six coureurs "professionnels" du World Sailing Groupe au sein de chaque équipe.

L'épreuve n'en reste pas moins une régate exceptionnelle, disputée dans les eaux très tactiques du Solent et de la Manche, proposant un éventail particulièrement riche de formats de course : bananes, côtiers, course de nuit au large, tour de l'ile de Wight. Et, fait rare aujourd'hui dans le calendrier des courses IRC, l'événement se déroule sur une semaine entière. Pour l'emporter, l'équipe doit être soudée dans l'effort : pas de victoire sans que chacun des trois équipages ne soit performant.

Le RORC est l'équivalent de l'Union Nationale de la Course au Large avec lequel ils cogèrent les règles de l'IRC. L'Angleterre et la France ont toujours été les plus largement représentées sur la Brewin Dolphin Commodores' Cup. Lors des dernières éditions, l'Irlande et l'Angleterre s'étaient partagé les victoires, mais, cette année, la France avait de loin la plus forte des délégations.

Sur les huit équipes engagées, trois d'entre elles étaient françaises (neuf équipages au total), alors que l'Angleterre ne comptait que deux équipes. Israël, dont l'objectif est de développer les courses IRC dans ses eaux, avait affrété trois bateaux anglais. Leurs équipages étaient composés pour moitié de Britanniques et d'Israéliens. Le gratin de la voile olympique israélienne était au rendez-vous : de bon augure pour le développement de l'IRC en Israël.

Sur les rangs également, deux équipes "multi-nations" : Flanders North Sea composée d'équipages hollandais, belge et français (du nord), et Celtic team, constituée de deux bateaux écossais et d'un français.

Cette année, le rating autorisé (Time Correction Co-efficient) était compris entre 1.000 et 1.230. Cifraline 4 avait le plus petit et Ino XXX le plus grand. Chaque équipe devait désigner son "petit bateau" (avec un rating entre 1.000 et 1.049). La flotte de ces « petits bateaux » avait ses propres départs et un classement à part. Les teams n'ont pas systématiquement choisi le bateau disposant du rating le plus bas pour être le "petit bateau" de l'équipe, à l'instar du nouveau JPK 1080 Timeline de Marc Alperovitch, petit bateau de l'équipe France Red alors que le plus bas rating du groupe était celui de l'A35 Realax de Jean-Yves Le Goff et Alexandre Korniloff.

Ces dernières années, la Brewin Dolphin Commodores' Cups s'était disputée dans des conditions météorologiques estivales et de très petits airs. Ce ne fut cette fois pas le cas. Sous un grand soleil, la semaine a été animée de brises thermiques d'anthologie, avec des vents particulièrement soutenus le vendredi.

L'épreuve a débuté par trois parcours inshore dans la même journée, dans le Solent, par plus de 20 nœuds. France Blue, favoris de l'épreuve, a pris la tête du classement avec une légère avance. Cifraline 4 enregistrait le score le plus bas de l'équipe.

Le lundi et le mardi furent dédiés à la grande course au large, d'environ 24h. Une manche de coefficient de 2,5, à ne pas rater. Le départ fut donné depuis le Royal Yacht Squadron, puis cap à l'est jusqu'au phare Royal Sovereign, avant de revenir vers Wight en contournant l'ile par le Sud. L'arrivée était jugée dans le nord-est des Needles. Disputé dans un flux soutenu de sud-ouest, ce parcours était comme un grand "windward-leeward" de plus de 150 milles avec un obstacle à négocier pour pimenter la donne : le champ d'éoliennes offshore Rampion, situé dans l'est de l'ile de Wight.

Alors que les plus grands bateaux dominaient la course en temps compensé, avec Ino XXX et Teasing Machine loin devant, ils furent stoppés dans le sud de l'ile par le courant de marée, permettant aux petits bateaux de les rattraper. La bataille fut serrée avec GBR Blue, très à l'aise, suivi de Flanders North Sea, mais, finalement, ce sont deux des bateaux de France White qui l'emportent : le First 40.7 Pen Koent d'Emmanuel le Men chez les grands bateaux et le JPK 1010 Foggy Blue de Noël Racine pour les petits bateaux. À l'issue de cette course, France White prenait la tête du classement général provisoire devant Flanders North Sea et France Blue.

Retour aux courses in-shore au programmes du mercredi et du jeudi. Deux manches ont été disputées mercredi dans l'ouest du Solent. Un fort courant de marée et une mer courte, hachée ont contraint les concurrents à un bord "obligatoire", à la côte, de façon à s'abriter de ce flux contraire avant de traverser le Solent pour enrouler la bouée au vent et revenir au portant avec un courant cette fois favorable.

Deux incidents avaient malheureusement marqué le début de cette journée : grand-voile déchirée pour le First 47.7 Moana mené par Goubau de l'équipe Flanders North Sea, contraint de rentrer à Cowes ; abandon également pour Henning de l'équipe GBR Red sur Alice, son Mumm 36 largement modifié, après qu'il ait talonné.

Teasing Machine et GOA l'emportent dans leurs catégories respectives et permettent à France Blue de reprendre la tête du classement provisoire. Les plus belles performances de la journée reviennent cependant à Foggy Dew, le JPK 1010 de Noël Racine de l'équipe France White et ai JPK 1080 de Tom Kneen Sunrise de l'équipe GBR Blue, respectivement vainqueur et deuxième de la manche.

Les équipes anglaises ont décroché quelques victoires, mais elles n'ont pas réussi à égaler les performances des Français. Jeudi, sur la première course, Alice et le J35 Bengal Magic, le petit bateau de James Chalmer, remportent deux manches pour l'équipe GBR Red, mais la performance ne fut pas renouvelée. Même constat pour Cobra le King 40 de Blair de l'équipe GBR Blue qui remporte la deuxième manche chez les gros bateaux.

Le clou de cette Brewin Dolphin Commodores' Cup fut sans conteste le tour de l'ile de Wight, disputé le vendredi, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, dans des conditions météo difficiles avec du courant contraire et une brise de sud-ouest soulevant une mer dure, notamment au passage des Needles. Heureusement, les équipages furent récompensés de leurs efforts au retour par un long bord de glisse au reaching puis par un ultime run de vitesse au sud de l'ile par plus de 20 nœuds de vent. Des conditions idéales pour un tour express en 5h30 à 6h30.

La victoire de Teasing Machine et la seconde place de Cifraline 4 chez les petits bateaux a renforcé le leadership de France Blue avec 160 points cumulés et 35,5 points d'avance sur Flanders North Sea. Les quatre équipes à suivre se tenaient en 30 points seulement...

Les courses de la dernière journée ont malheureusement été annulées faute de vent, permettant à France Blue de remporter cette Brewin Dolphin Commodores' Cup.

Les équipages de France Blue n'ont pas caché leur bonheur d'avoir décroché cette victoire de haute lutte. Eric de Turkheim, propriétaire de Teasing Machine : "C'était une super semaine avec des courses très variées, du côtier, du large... ce qui n'était pas évident pour les gros bateaux. Le team a bien fonctionné, tout le monde a fait du super boulot. Nous avons remporté quatre courses, GOA était au top et Cifraline 4 aussi. Nous sommes très heureux de cette victoire."

Teasing Machine avait déjà participé à la Commodores' Cup il y a deux ans, peu après son propre lancement. Il a également, lors des sept derniers mois, participé à la Rolex Sydney Hobart, à la RORC Caribbean 600 et à la Volvo Round Ireland Race. L'équipage a déjà les yeux tournés vers son nouveau bateau, un IRC 52, en cours de construction.

Samuel Prietz, barreur et propriétaire de GOA : "Nous sommes très heureux, car c'est une grande première pour nous cette victoire sur la Commodores' Cup. Nous avions d'excellents co-équipiers cette année avec Cifraline 4, qui a vraiment bien performé en Classe 2 et Teasing Machine, capable d'impressionnantes accélérations au reaching dès que le vent monte. C'est une équipe solide, entre Daniel Andrieu, Éric de Turkheim et Laurent Pagès (membre du team Groupama vainqueur de la Volvo Ocean Race et tacticien de Teasing Machine). Ils sont tous très expérimentés, brillants et ils savent préparer leurs bateaux pour toutes les conditions de vents. C'était un sacré challenge pour nous de rester performants aussi bien sur les parcours bananes que sur les offshores et le tour de Wight express que nous avons bouclé en moins de 6 heures. C'est un véritable honneur d'écrire à nouveau le nom de notre pays sur la Commodores' Cup après dix ans sans victoire."

Daniel Andrieu était aussi particulièrement heureux de cette victoire sur cette épreuve qu'il disputait pour la première fois. Il avait cependant déjà eu, en 1989, les honneurs de l'Admirals' Cup remportée alors par les Britanniques dont il avait dessiné le One Tonner Indulgence.

L'équipage de Cifraline 4 dont la moyenne d'âge de l'équipage "approche les 60 à 70 ans", avouait l'architecte, termine deuxième du classement général des petits bateaux. Seul Noël Racine et son Foggy Dew a réussi à faire mieux qu'eux. Foggy Dew décroche d'ailleurs le meilleur score de toute la flotte, au classement individuel.

Fort de sa deuxième place, l'équipe Flanders North Sea, composée du First 40 Elke du Hollandais Frans Rodenburg, de l'A35 Dunkerque-Les Dunes de Flandre du Français Benoit D'halluin et du First 47.7 Moana du Belge François Goubau, a créé la surprise. "Nous ne nous attendions pas à ça !", s'est exclamé le skipper belge, qui régatait notamment avec ses deux fils. "C'est notre quatrième participation. Jusqu'ici, notre meilleur résultat c'était 4e en 2012 avec l'équipe Benelux. Nous avions une très bonne équipe cette année, nous nous connaissons bien. Nous revenons ici car l'organisation est parfaite, le niveau est très élevé, cela permet de progresser. "

L'Amiral du Royal Ocean Racing Club, Andrew McIrvine résume ainsi cette semaine de course : "Cette édition fut encore plus belle que les autres, car nous avons eu du vent jusqu'à l'avant-dernier jour. Les régates ont été très disputées. Les Français étaient les favoris et ils n'ont pas démérité, ainsi que l'équipe Flanders North Sea. L'arrivée des Israéliens sur le circuit est une excellente chose. Je crois qu'ils ont apprécié leur première participation à la Commodores' Cup."

La prochaine édition se tiendra en 2018.